Les Marcheurs Attentifs

Project Statement

En mai 2018, j’ arrive au Japon avec l’idée de capturer le siège de la foule et les gens vivant dans leurs petits espaces et dans des villes surpeuplées. Au fil des jours, je ressens une sorte d’une puissante solitude urbaine. Je parcours en train plusieurs villes où des milliers d’itinéraires individuels se croisent. Dans ce pays, le silence touche et la tolérence de l’autre est émouvante. Je découvre que cette foule n’harcèle pas. Les personnes marchent les yeux perdus et en même temps, ils sont attentifs à leur univers personnel. Je veux aussi remarquer le passage permanent entre la modernité et les traditions si enracinées chez la culture japonaise.
Quentin Bajac dans une conversation avec Paul Graham raconte que celui-ci lui dit qu’on peut trouver une idée, ouvrir la porte, sortir et que le monde transforme radicalement cette idée. La photographie nous permet d’accepter et modifier les projets afin de s’adapter à ce qui est observé et évoluer avec. Ce que je produis à la fin est parfois très différent de ce projet initial. C’est accepter que je vais être séduite par le monde que je vais trouver.

Documentation

Pendant un mois, j’ai observé attentivement et me suis sentie séduite par ce pays et ses gens. Plusieurs fois, je m’ installais, m’asseyais et attendais dans un temple, un marché, un bar ou sur un banc dans la rue. Je ressentais une sérénité incroyable mais en même temps une tension qui se détachait des scènes quotidiennes. Pour respecter l’intimité des marcheurs, j’ai essayé de garder une certaine distance pour ne pas envahir cette intimité qui mérite du respect.



Projection