Secrets

Project Statement

Pour arriver à l’ île Martín García, j’ ai pris un bateau au port de Tigre dans la province de Buenos Aires. L’emplacement stratégique de cette île a entraîné, depuis des temps immémoriaux, le conflit de son appartenance à l’Espagne et au Portugal, une confrontation qui au fil des ans, a été transférée aux pays d’Argentine et d’Uruguay. Actuellement, l’île appartient à l’Argentine. À la fin du XIXè siècle, l’île était utlisée comme lazaret et puis on la transforme en prison où on enferme des présidents tels que Frondizi, Yrigoyen et Perón. Le poète Rubén Darío visitait aussi l’île où il avait une maison qui existe encore. À partir de 1973, l’île devient une réserve naturelle pour la conservation et préservation de la faune et flore de cette région.

Quand je suis arrivée pour la première fois, j’ai été touchée par l’irruption de la nature dans les ruines de la prison. Les vestiges, les histoires chuchotées et dessinées sur les murs restent encore comme des témoins des confinements. J’ai quitté l’ île sachant que j’y retournerais un jour. Pendant que je parcourais le cimétière, le quartier chinois, les ruines de la prison, les maisons abandonnées, j’avais l’impression que les secrets cachés se révélaient peu à peu. Quelques personnes s’approchaient de moi pour me raconter sur leur vie et pourquoi elles avaient décidé de rester là-bas. Plus tard, j’ai appris que mon père s’ y installait de temps en temps pour faire de la pêche. Sans le savoir, c’était comme si j’avais suivi les traces qu’il m’avait laisées.

Documentation